Page 100

Transcription

  • bres à pain, de sucreries, de bagasse harcelée de moucherons….
  • Terre ma mère j’ai compris votre langage de cape et d’épée
  • mes frères les marrons le mors au dent
  • mes frères les pieds hors clôture et dans lev torrent
  • ma soeur l’étoile filante, mon frère le verre pilé
  • mon frère le baiser de sang de la tête coupée au plat d’argent
  • et ma soeur l’épizootie et ma soeur l’épilepsie
  • mon ami le milan,
  • mon ami l’incendie
  • chaque goutte de sang explose dans la tubulure de mes veines
  • et mon frère le volcan aux panses de pistolet
  • et mon frère le précipice sans rampe de balisiers
  • et ma mère la folie aux herbes de fumée et d’hérésie
  • aux pieds de Croisade et de bâton
  • aux mains d’hivernage et de jamais
  • et de jujubier et de perturbation et de soleil bayonnetté.

(Toussaint se met à marcher, à ramper, à courir dans d’imaginaires brous sailles , des guerriers nus bondissent, un tam-tam bat lointainement )

  • La récitante.

  • O la danse des étoiles sans nom… les savanes s’animent… les pluies fu ment… des arbres inconnus tombent palmés de foudre.

  • Le récitant.

  • Qu’est ce qu’elle dit? Qu’est-ce qu’elle dit?

(à ce moment Toussaint se redresse)

  • Toussaint.

  • les chenilles rampent vers l’auberge des bonnets de coton… La cuve de la Terre s’est éteinte… c’est bon… Mais le ciel mange du bétel… ha ha! le ciel suce des poignards…Roi de Malaisie et de la fièvre pleine d’insectes mâche bien ton kriss et ton bétel… Isaac, Isaac, une balle pourrit entre tes souri res blancs… Aïe! je marche dans des piquants d’étoiles. Je marche… j’assume… j’embrasse…

( Toussaint s’affaisse, les bras étendus, poitrine contre terre).