Page 24

Transcription

(Le récitant et la récitante feignent de poser par terre une civ‐ vière; le choeur de creuser une fosse. LeUn cadavre imaginaire est déposé au fond de la fosse. C’est une scène de magie imitative.)

  • Le récitant (recueilli).

  • Adieu, Saint- Domingue.

  • La récitante.

  •     Adieu Saint-Domingue.

  • Le choeur (haineux )

  • …Saint-Domingue la noire, ouù le sadisme du maitre, et le rale ment de l’esclave par force coprophage parachèvent en traits de vo­ mi le happement du squale et le rampement du scolopendre.

(A ce moment l’obscurité envahit la scène; des coups de feu; des cris discordants; puis le tapage s’apaise peu à peu;quand la lumiè re revient, le décor a changé: le camp des nègres au milieu d’une forêt. Chefs nègres et députés blancs en conférence.)

  • Ier député.

  • Notre seule présence ici suffit à montrer combien grand est no tre désir de conciliation. Nous avons fait taire en nos coeurs la naturelle indignation qui y suscite le souvenir de tant d’actes de cruauté. Et nous avonsfait table rase de toutes nos répugnances et répulsions, de toutes les habitudes que nos vieux esprits philoso phes appellent prévention ou préjugés et qui n’en sont pas moins des forces contraignantes dans nos société coloniales…

  • 2e député.

  • A tout péché miséricorde… Une amnistie, voilà ce que nous so sommes venus vous offrir. Miséricorde pour tous, et pour les chefs tous la liberté.